Le Biocontrôle pour lutter contre les maladies de la vigne

Date de mise à jour 
Date de création 
Les produits de biocontrôle sont une catégorie spécifique de produits phytosanitaires : ils sont d’origine naturelle et ont peu d’impacts sur la santé et l’environnement. Leur utilisation est un des leviers de réduction des PPP conventionnels mis en avant par le plan Ecophyto. Aujourd’hui ils sont en plein essor. Ces solutions font intervenir des modes d’actions complexes et parfois indirects qui sont difficiles à maîtriser au vignoble. Les viticulteurs ont besoin d’être accompagnés dans l’intégration de ces nouvelles solutions au sein de leur itinéraire de protection.

Les produits de biocontrôle autorisés en viticulture

Le document présente les produits de biocontrôle utilisables en viticulture issus de la liste générale publiée par le Ministère de l’Agriculture. Les produits sont classés par usage (maladies ou ravageurs) et leurs spécificités ainsi que leur autorisation en AB.
Actuellement, on dispose d’une quarantaine de produits, dont une majorité de substances naturelles et de micro-organismes.

La liste des produits de biocontrôle pour la vigne
Télécharger le PDF
Liste des produits de biocontrôle pour la vigne et maladies cryptogamiques
Liste des produits de biocontrôle pour la vigne ©IFV

Une feuille de route régionale pour le déploiement du biocontrôle et des biosolutions

Partant des constats que les produits de biocontrôle sont une des réponse pour réduire les PPP conventionnels dans le cadre du plan Ecophyto mais qu’ils peinent à se développer en raison de la technicité nécessaire pour leur utilisation, la région Nouvelle-Aquitaine a mis en place et lancé officiellement mi-avril 2022 une feuille de route visant au déploiement des produits de biocontrôle et des biosolutions sur notre territoire.

Le Vinopôle Bordeaux-Aquitaine se chargera de l’animation de l’action sur le déploiement de ces solutions pour la filière viti-vinicole néoaquitaine.

En viticulture, les enjeux sont de continuer de tester les produits de biocontrôle arrivant sur le marché et d’accompagner les viticulteurs en leur fournissant des références techniques : efficacité, stratégies …Cela passera par des essais sur de petites surfaces menées par des structures d’expérimentation et par l’accompagnement de groupes de viticulteurs souhaitant travailler sur le sujet.

Les travaux engagés ces dernières années vont se généraliser et s’amplifier. Toute personne souhaitant participer à de tels essais doit pouvoir le faire.

Pour en savoir plus, lire la feuille de route Biocontrôle Nouvelle Aquitaine

Signature Feuille de Route Biocontrole Nouvelle Aquitaine
Signature de la Feuille de Route Biocontrôle Nouvelle Aquitaine ©Conseil Régional de Nouvelle-Aquitaine

Comment intégrer du biocontrôle dans ses stratégies de traitement ?

Les produits de biocontrôle ont des modes d’action différents des produits conventionnels et plus partiels. Largement plébiscités par le grand public et les politiques, ils restent difficiles à prendre en main par les viticulteurs. De ce fait, des travaux ont été réalisés pour les intégrer efficacement dans une stratégie globale de protection au vignoble, dans le contexte spécifique bordelais : ce sont les projets Alt’Fongi Biocontrôle I et II.

Des règles de décision ont été développées pour définir quelle quantité de produit associer aux produits de biocontrôle. Dans le cadre de la lutte contre le mildiou, la quantité de cuivre est pilotée en fonction de la climatologie et du risque. Pour l’oïdium, une application de soufre est réalisée si des symptômes sont détectés. Pour le botrytis, les produits sont employés seuls et le positionnement des applications est piloté en fonction du risque de développement de la pourriture.

Suite à ces 4 premières années de travaux, de premières références techniques ressortent :

  • Pour lutter contre le mildiou, les phosphites et l’huile essentielle d’orange douce semblent permettre de réduire la quantité de cuivre appliquée tout en conservant une protection équivalente à une référence cuprique.
  • Dans le cas de l’oïdium, le bicarbonate de potassium et l’huile essentielle d’orange douce se révèlent aussi efficaces seuls toute la saison que des applications de soufre aux mêmes dates.
Bilan du projet Alt’Fongi Biocontrôle
Télécharger le PDF
Une coccinelle sur une feuille de vigne
Biocontrôle et biodiversité ©Vinopôle

Evaluation d’un itinéraire de production privilégiant les biocontrôles : BEE

L’itinéraire de production testé BEE (Biocontrôle et Equilibre de l’Ecosystème vigne) doit permettre de réduire d’au moins 75% l’emploi des produits de synthèse. Il repose sur une gestion adaptée et préventive de la culture pour réduire sa sensibilité aux bio agresseurs. Ces actions sont principalement menées pour lutter contre les maladies cryptogamiques dont les produits utilisés représentent en moyenne 80% de l’IFT (Indice de Fréquence de Traitement) total annuel.

L’itinéraire propose de revisiter chaque étape de la production. Une gestion adaptée de la fertilisation et de l’entretien du sol favorise un développement foliaire équilibré et suffisante à un raisin de qualité. Des mesures agro écologiques et un emploi privilégié des produits de biocontrôle garantissent une situation sanitaire satisfaisante gage d’un rendement et d’une qualité de récolte acceptable. Enfin, des mesures œnologiques interviennent en appoint pour corriger une dépréciation générée par les maladies éventuellement présentes et obtenir un produit marchand.

Projet BEE
L’itinéraire propose de revisiter chaque étape de la production ©IFV

ZéroBlackRot : Conception de stratégies de lutte contre le black rot pour la viticulture conventionnelle, biologique et le déploiement des variétés résistantes.

Le projet Zéro black rot a pour objectif de proposer des itinéraires de protection du vignoble contre le black rot sans produits phytopharmaceutiques classés CMR (Cancérogène, mutagène et reprotoxique) ou suspectés perturbateurs endocriniens.

Ce projet doit permettre d’identifier des biosolutions actives contre le black rot et de les intégrer aux itinéraires techniques des viticulteurs. Cette intégration sera appuyée par une évaluation indépendante des modèles épidémiologiques, indispensable pour positionner au mieux ces nouvelles biosolutions. A terme, des règles de décision seront proposées à la filière viticole pour optimiser l’utilisation de ces biosolutions seules ou en association dans nos systèmes viticoles. Les aspects techniques, économiques et environnementaux seront pris en compte pour une adaptation fine au cadre de contrainte des viticulteurs. Les connaissances acquises dans le projet pourront être intégrées à des outils d’aide à la décision.

Des compétences nouvelles seront donc acquises et partagées dans les domaines suivants :

  • Des biosolutions seront évaluées contre le black rot. Elles pourront par exemple utiliser des mécanismes naturels comme les stimulateurs de la défense des plantes. Des références techniques sur ces matières actives seront diffusées à la filière (mode d’action, efficacité, limites d’utilisation, coût global indicatif, faisabilité technique).
  • La meilleure connaissance des modèles épidémiologiques présents sur le marché. Cela permettra d’orienter les viticulteurs vers les outils d’aide à la décision les plus performants.
  • Le projet permettra de formaliser des règles de décision pour lutter contre le black rot. Les règles de décision seront mobilisables par les partenaires de développement pour piloter des itinéraires de protection du vignoble. Elles pourront être mobilisées dans l’Outil d’aide à la décision Decitrait.

Mistic : Associer les produits de biocontrôle et biostimulants pour une meilleure valorisation et utilisation des produits de biocontrôle pour la gestion du mildiou de la vigne.

Les efficacités des produits de biocontrôle sont aujourd’hui partielles et ne permettent pas une protection phytosanitaire satisfaisante. Cela est dû aux caractéristiques mêmes des produits, à leur mode d’application, mais aussi à de nombreux facteurs environnementaux, liés au pathogène lui-même, tels que la pression parasitaire, mais aussi à la plante, comme son génotype ou son état physiologique.

L’objectif du projet Mistic est de tester, dans des dispositifs en conditions contrôlées puis au champ, des produits de biocontrôle., L’intérêt réside dans la synergie entre le biocontrôle et les biostimulants, avec des indicateurs physiologiques, mais aussi des marqueurs de l’amélioration de la nutrition, de la tolérance à des stress abiotiques ciblés mesurables au champ, afin d’optimiser l’efficacité de protection des produits de biocontrôle et réduire l’usage de produits phytosanitaires conventionnels.
Ces essais au champ débuteront en 2023.

CODEVI-SDP : Utiliser les Composés Organiques Volatils comme marqueurs d’activation des défenses de la vigne

Certains produits de biocontrôle ont un mode d’action de stimulation des défenses (SDP). Ils sont capables d’activer les propres défenses de la vigne pour qu’elle puisse ensuite résister à l’attaque ultérieure d’un pathogène. Si les SDP fonctionnent bien en conditions contrôlées, il est plus difficile de les maîtriser au vignoble où de nombreux paramètres influent sur la physiologie de la vigne. L’étude des biocontrôles SDP nécessite de nouveaux outils pour mieux comprendre les intéractions au vignoble.

Les COV sont des petits composés émis dans l’atmosphère par la vigne, notamment lors de stress. L’idée du projet CODEVI est de mesurer ces COV pour savoir s’ils peuvent indiquer que la vigne met en place ses défenses après un traitement SDP. En conditions contrôlées à l’INRAe, une douzaine de composés ont été identifiés spécifiquement lors d’une application de SDP.

CODEVI-SDP : Mesurer et caractériser les Composés Organiques Volatils de la vigne comme réponse à une application d’un produit Stimulateur des Défenses des Plantes
Télécharger le PDF
COV ensachage
Rameaux ensachés pour essai sur la mesure des composés organiques au vignoble ©Vinopôle

Les partenaires

En partenariat avec les Chambres d’Agriculture de la Charente, de la Dordogne, du Gard et du Vaucluse, Earl Jean-Paul et Virgine Bougès et EARL Mallet-Audubert

Les financeurs

Auteurs
Mots clés
Partager cet article
Facebook
Twitter
LinkedIn
Email
Sur le
Même sujet

Contacter notre expert

Votre message nous a bien été transmis !

Merci pour votre message. Nous allons le traiter dans les meilleurs délais.

Nous contacter

Votre message nous a bien été transmis !

Nous vous en remercions, nous allons le traiter dans les meilleurs délais.