[Aller au menu]

  • Imprimer
  • Partager la page

Biocontrôle et méthodes alternatives : Résultats et publications

Retrouvez la liste des produits de biocontrôle utilisables en viticulture, mise à jour en mars 2021 à partir de la liste officielle du Ministère de l’Agriculture. Une préface accompagne la liste et fait le point sur les notions et les points à retenir.

Suite à des expérimentations depuis 2015, un article décrivant une nouvelle bactérie est proposé. Des évaluations au champ sont présentées. La bactérie a aussi été mise en comparaison avec des produits du marché.

Le projet Alt’Fongi Biocontrôle vise à évaluer et optimiser des stratégies de protection du vignoble intégrant le plus possible des produits de biocontrôle pour lutter contre le mildiou, l’oïdium et le botrytis dans le contexte bordelais.

L’objectif du projet est d’encourager le recours à des produits de biocontrôle contre les tordeuses de la grappe en proposant des stratégies optimisées d’utilisation, intégrées dans l’itinéraire de protection de la vigne.

Le projet Biobot a pour objectif d’évaluer des produits de biocontrôle, de construire et valider des stratégies d’utilisation et de les diffuser dans la lutte contre la pourriture grise de la vigne.

L’objectif est de fournir un mode d’emploi pour l’utilisation de nouveaux agents de lutte biologique efficaces contre la pourriture grise.

La connaissance des Stimulateurs des Défenses Naturelles de la vigne sur le terrain est très faible et peut expliquer en partie les échecs répétés de l’utilisation de ces produits contre les maladies cryptogamiques. Pour étudier les SDN au vignoble, l’IFV teste de nouveaux outils tels que le Multiplex®, un capteur optique basé sur la fluorescence. Les premiers essais ont pour but de caractériser une réaction des feuilles à l’application d’un SDN grâce aux indices mesurés par le Multiplex®. La fiche résume les expérimentations menées en 2009 au laboratoire, serre et vignoble.

Prospection faunistique dans le vignoble bordelais :Un équilibre retrouvé au bénéfice des viticulteurs ; les typlodromes contrôlent les acariens phytophages.

Un des objectifs du plan Ecophyto 2018 est la réduction de 50 % du recours aux intrants phytosanitaires dans les 10 prochaines années. L'utilisation de produits dits "alternatifs" est une des voies parmi les solutions à intégrer. Pour la vigne, seuls quelques produits sont homologués en tant que produits phytosanitaires.

Suite à un projet mené entre 2013 et 2016, des connaissances ont été acquises sur l’impact de la complexité du paysage sur les ravageurs de la vigne et sur la faune auxiliaire.

Le statut des PNPP, défini officiellement en juin 2009 par décret, regroupe les préparations simples à base d’éléments naturels utilisés en agriculture (exemple purin d’ortie). Les PNPP représentent peut être une des solutions pour réduire le recours aux intrants phytosanitaires, notamment en viticulture biologique.