[Aller au menu]

  • Imprimer
  • Partager la page

EXPE

Saison 2015


  •  Lutte contre la pourriture grise à l'aide de produits de biocontrôle 

La thématique retenue pour la période 2014-2016 sur le réseau d'essais participatifs est la lutte contre le botrytis avec des produits de biocontrôle. L'objectif est de valider une utilisation de ces produits au sein d'un itinéraire technique adapté (prophylaxie et gestion des tordeuses) pour évaluer leur efficacité et leur mise en oeuvre pratique.

Un protocole commun est  appliqué sur les différentes parcelles du réseau. 17 parcelles sur l'Aquitaine sont suivies par les partenaires du RESAQ.

2 produits issus de la liste NODU vert - Biocontrôle et utilisables en AB ont été choisis  : le Botector et l'Armicarb.

Le protocole fait intervenir un dispositif en 2 bandes d'une dizaine de rangs répétées une fois : modalité traitée avec le produit de biocontrôle, témoin  non traité. 4 placettes de notations sont disposées dans chaque répétition, c'est sur ces placettes que sont réalisées toutes les mesures (maladie, indicateurs).

baie perforée tordeuse G2

Mesures des dégâts engendrés par les tordeuses de la vigne : les foyers (% de grappes touchées par des perforations de tordeuses) sont notés fin juillet, ils correspondent à la deuxième génération du ravageur.

  • Nouveauté en 2015 : Sur les parcelles d'essai sont installés des enregistreurs automatiques de température et d'hygrométrie (Tinytag dataloggers). La sonde est installée proche de la zone des grappes. L'objectif est de connaitre les conditions climatiques précises de la parcelles qui vont voir une influence sur le botrytis mais aussi sur les produits de biocontrôle (développement du micro-organisme A.pullulans du Botector, ou mise en solution du bicarbonate de potassium de l'Armicarb).
Le dispositif Tinytag dans la zone des grappes
baie attaquée par le botrytis

Quelques baies sont parfois touchées par le botrytis : baies avortées au sein de la grappes, baies touchées par le mildiou, blessures dues à l'effeuillage mécanique ou à la grêle. Une notation a été réalisée sur les dégâts effeuillage mécanique.

Mesures et observations complémentaires : sur chacun des sites d'essai, des mesures sont effectuées pour obtenir des informations sur les conditions spécifiques de chaque parcelle. Par exemple, des outils ont été mis en oeuvre pour noter le statut azoté (N-tester) ou l'expression végétative (Green-seeker). Des notations sur la vigne ont été aussi réalisées : compacité et entassement des grappes, charge, gabarit de végétation, ainsi que sur la climatologie (données méteo)... Tous ces facteurs seront analysés pour classer les parcelles et éventuellement déterminer des facteurs clés de réussite ou d'échec de la protection.

mesure azote feuille N-tester

A partir de la véraison jusqu'à la récolte, les symptômes de Botrytis sont notés sur les parties traitées avec des produits de biocontrôle et sur les parties non traitées (témoins). En 2014, la pression du pathogène B.cinerea a été relativement faible : sur nos sites d'essai la fréquence satisfaisante (+ de 20% de grappes touchées) n'a été atteinte que sur 1/3 des sites et l'intensité des dégâts avoisine en général que 5%. Les conditions climatiques sèches du mois de septembre n'ont pas permis une expression forte de l'épidémie.

sporulation de B.cinerea sur baies de merlot à maturité RESAQ VITIBIO 2014

Essais annexes

 

Les essais annexes sont réalisés par quelques partenaires du réseau. On veille au sein du RESAQ que les protocoles soient identiques afin de pouvoir comparer et synthétiser les résultats. Ils fourniront des pistes pour les prochaines expérimentations participatives (élargies à tout le réseau).

  • Micro-doses de sucre contre le mildiou 
  • Traitements alternatifs contre les tordeuses de la vigne
  • Evaluation d'un extrait d'écorce de citrus sur le développement du mildiou