[Aller au menu]

  • Imprimer
  • Partager la page

Stratégie de protection : Résultats et publications

Mieux connaître le comportement des produits phytosanitaires vis-à-vis de la plante et des pathogènes permet d’optimiser leur utilisation.

2015 : un millésime beau mais surprenant ! C'est aussi l'annonce de la verson 2 d'Ecophyto. Comment apprendre des difficultés rencontrées et s'adapter à la volonté forte de diminution des intrants ?

Traitements anti-botrytis : impact des pratiques culturales et de la dose appliquée sur l’efficacité de la protection.

Une étude sur la thématique "Stratégies de lutte contre les cochenilles lécanines de la vigne".

Une étude sur la thématique "Impact de Metcalfa pruinosa sur la qualité organoleptique des vins rouges et liquoreux".

Les premiers symptômes d'oïdium sont difficiles à détecter et identifier. Leur prise en compte dans la stratégie de protection demeure néanmoins intéressant.

L’objectif du prototype est de réduire de manière significative les intrants par la réduction du nombre de passages tout en assurant une protection optimale. Il vise une absence de pertes de récolte quantitative et qualitative par rapport aux objectifs de production de l’exploitation, ce qui ne veut pas dire nécessairement aucun symptôme de maladie.

D ‘abord testés à l’échelle parcellaire puis développés à grande échelle, des outils d’aide à la décision ont été mis au point afin d’adapter les produits, les doses et les stratégies de traitements.

La Pourriture grise est une maladie existant dans tous les vignobles du monde. Elle est aujourd'hui reconnue pour être une maladie très redoutée des viticulteurs.

Différentes stratégies sont actuellement employées en Gironde pour lutter contre la pourriture grise de la vigne.

Le retrait de nombreuses molécules insecticides nous amènent à repenser de nouvelles stratégies. Une des problématiques concernée est celle des vers de la grappe. Comment mettre en œuvre des stratégies efficaces à moindre impact sur l’environnement ?

Que l’on soit en viticulture biologique ou en conventionnel, le cuivre est utilisé par l’immense majorité des viticulteurs. L’objectif de ces essais était de comparer la résistance au lessivage des différentes formes de cuivre présentes sur le marché.